Latest Entries »

Tailleur d’ailleurs…

Tailleur d’ailleurs…

 

 

Je ne suis pas d’ici, mais peut-être d’ailleurs !

Dans pays sans cible, mon être c’est échoué ;

Je ne suis pas messie qui panse dans vos cœurs,

Tout juste une âme sensible que des flèches ont fermée.

 

Mon voyage dans la vie s’embaume de vos odeurs,

Parfum indivisible et pensées inavouées ;

Errance dans l’avis qui gomme les odes heures,

J’ai le goût d’un visible et des souhaits désavoués.

 

J’éclipse les débats des voleurs ajustés,

Atypiques combats des valeurs ajoutées.

Mes émois sont dits vains, mais n’abdique pas mes rêves.

 

Je ne suis pas d’ici, mais peut-être d’ailleurs !

C’est un pays divin aux éternelles trêves,

Un rocher loin d’ici et j’en suis le tailleur.

 

Le titi

Fantasme….

 

 

Fantasme….

 

Quand le fantasme dit non et rêve du réel,

Nul besoin de mensonge, pour avouer les envies.

Les plus belles oraisons portent vers l’essentiel,

Le désir se prolonge et l’espoir est en vie.

 

Les lumières se défont sur ces douces dentelles,

Des ivresses s’épongent sur nos cœurs en folie.

Le désir, si profond, nous lève vers les cent ciel,

Quelques mots qui nous rongent s’évaporent de nos lits.

 

Quand la fiction dit oui, qu’elle apaise nos peurs,

Je ne cherche jamais à retenir ces mains,

Dans mes rêves enfouis, j’épouse enfin son cœur.

 

Les chemins se tramaient, sans assouvir mes fins,

Regarde le futur, qui éclaire l’horizon,

Et brise cette armure, qui grève tes raisons.

 

Le titi

Le 22.09.2010

Il est peintre de mots…

 

 

Il est peintre de mots…

 

 

Il est peintre de mots, irisant de sa plume

Les ombres de nos maux, le poids de nos enclumes.

Il dessine sur la page des courbes rédemptrice,

Nous offre ses images aux couleurs bienfaitrices.

 

Quelques vers en dépôt et nos rêves se rallument,

Ses rimes sont les émaux qui gomment nos amertumes.

Dans ses humbles adages, des lueurs protectrices,

Sentiment qui présage de nouvelles matrices.

 

Dans son encre est son sang, dans sa plume est son âme,

Ses écrits ont l’accent que nos ivresses réclament,

Et ses cris silencieux, cotonnent nos colères.

 

J’aime à me reposer aux velours des sonnets,

Un répit capiteux empreint à la lumière,

Mon cœur est arroser du chant des sansonnets.

 

Le titi

 

Le 8.09.2010

Loin des grandes prairies…

 

 

Dans les grandes prairies, sans l’once d’un obstacle,
J’aperçois là des robes qui s’envolent au vent.
Le silence m’a surpris d’un merveilleux spectacle !
Mes yeux d’enfants dérobent des galops émouvants.

 

Loin des grandes écuries, manège sans miracle,
Vos frères trotter-globe se rappellent d’avant.

Les ruades sont des cris qui attendent l’oracle,

Le cavalier trop snob en oubli le pur-sang.

 

Aux crinières des chevaux, flottantes et libérées,

Le régime est sans-selles loin des grandes écuries.

Le garrot est plus haut loin des fers trop sérés.

 

Les naseaux face au ciel il respire et hennit,

 Là, au prés de ses frères, l’étalon se ressource,

Réapprend la lumière dans ce monde sans course !

 

Le titi

 

Le 21.08.2010

Message personnel

 

Citer le message précédent

YouTube – Michel Berger – message personnel
 

Nouveau message…

Nouveau message…

 

Il y’a dans mon portable, un petit grain de vie.

Le matin quelque fois, quand le ciel est morose,

Quand mon cœur est passable, il vibre et me sourit !

 L’écran rallume en moi, la flamme des mots roses.

 

Sur le bord de la table, je guète ses avis,

C’est un moment de joie quand ses mots se déposent.

Mon émoi est palpable et mon âme ravie,

 Des attentions sans loi qui m’accordent des pauses.

 

Des échanges, des pensées sans l’once d’un mobile,

Simplement pour offrir des instants de bonheur !

Evidente amitié qui se tisse, qui rutile.

 

Ses mots me font rougir, ses mots irisent mon cœur,

C’est un nouveau message, une joie qui s’affiche,

C’est un nouveau visage, qui vibre et que j’affiche

 

Le titi

 

Le 04.08.2010

Meci à ti_gr_1…. J’adore!

 

Citer le message précédent

YouTube – Jean-Jacques Goldman: A quoi tu sers?
 

Mes déserts…

 

 

J’ai connu des déserts ou le sable ci fin,

S’échappait de mes doigts et glissait sous mes pieds.

J’ai rêvé de dessert aux ultimes parfums,

Je n’ai eu de l’émoi que ses arômes sucrés.

 

Il y a des mystères qui sur moi ont déteint,

Sous la douceur des soies, commencer à rêver.

J’ai fendu bien des stères pour bruler bien des fins,

Elevé haut la voix sans jamais me grever.

 

Il y a dans mes vœux des milliers de richesses,

Dans le fond de mes yeux brillent quelques tendresses,

Que j’ose, par mes mots, dévoiler des rimes.

 

 J’ai vécu des déserts au sable trop brûlant,

Descendre bien des maux ne sera pas un crime,

J’use mes néants d’hier pour vivre posément.

 

Le titi

 

Le 28.06.2010

Une lumière, un repaire…

 

 

A errer tant de fois aux chemins dépeuplés,

Sans copier, s’encoller de parfum enivrant,

Aérer, temps de loi à vouloir éviter,

Sans spolier, sans coller redevenir aimant !

 

Aérer tant de joies et voir nos cœurs pleurer,

Des coller décollés par des désirs fuyants,

Déférer des émois à vouloir partager,

Je laisse, sans voler, des regards impuissants.

 

Observer la lumière, blottis au fond des ombres,

 Invoquer des prières pour éviter le sombre,

Quand les vœux se rallument aux foudres des éclairs.

 

Peu importe les nuages qui passeront ici,

Je foule le bitume au gré des réverbères,

Qui éclairent mes mirages et abreuvent mes envies.

 

Le titi

 

Le 15.06.2010

Devoirs impudiques…

 

 

Je m’impose une mission au risque de m’user,

Cela en vaut la peine, cela est ma raison.

Une envie de fusion à l’ombre des médusés,

Coule dans mes veines, hante mes saisons.

 

J’implore mes passions de ne rien refuser,

Courir à perdre haleine, marcher vers l’oraison,

Un désir sans scission, pour ne pas récuser

Des offrandes certaines qui redorent le blason.

 

Je n’impose à personne de suivre mes folies,

Et si mon cœur résonne de ces tendres embellies,

C’est qu’il pense toujours, c’est qu’il panse mes douleurs.

 

Je m’offre ainsi le choix, libre d’être atypique,

D’offrir un peu d’amour aux âmes en couleurs,

J’impose à mes émois de ne point être pudiques.

 

Le titi

Le 4.06.2010